PRESQUE RIEN

Presque rien on dirait

Ce je-ne-sais-quoi

D’un philosophe prolixe

Presque rien comme un sketch

D’un humoriste marxiste

(tendance Groucho)

Presque rien je te porte

Cette nuit sous la vague d’Hokusai

Ce fou de dessins qui porta -dit-on-

une centaine de noms

Presque rien je m’attarde

Sur cette forme vague

Évoquant un vers de Jadis

Mais je ne m’en chaut guère





Presque rien on dirait Ce je-ne-sais-quoi D’un philosophe prolixe

Presque rien comme un sketch D’un humoriste marxiste (tendance Groucho)

Presque rien je te porte Cette nuit sous la vague d’Hokusai

Ce fou de dessins qui porta -dit-on- une centaine de noms

Presque rien je m’attarde Sur cette forme vague Évoquant un vers de Jadis

Mais je ne m’en chaut guère

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :