MOURIR

Mourir la moue le verbe boudé jusqu’au bout

Mourir l’amour au temps des encriers des conjugaisons aux odeurs de violettes

Mourir la mourre au hasard des cinq doigts soufflant le chaud et le froid

Mourir l’amer la pointe rouge d’un phare le leurre des bougies aux cornes d’un troupeau d’animaux de paroles

Mourir fantôme dans un livre d’heures où tous les mots se brouillent dans un corps qui aspire au grand repos

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :