CAUTE

Caute, sois prudent, reste aux abris, fais attention à tout ce qui frappe, blesse, éprouve, « tue ».

Caute, Spinoza en fit inscription sur son blason, pour lui, en effet, sa prudence était une question de vie ou de mort. Cache cet écrit que les autorités ne sauraient voir, ne lui appose pas ta signature, ne va pas dans la rue, même si tu en as fortement envie, pour arracher laffiche délétère du tyran.

Et pour aujourdhui, caute, (méfi !) ne te risque pas sur les réseaux qui poursuivent de leur haine les asociaux, les empêcheurs de penser en rond.

Ton refuge, cest comme du temps de Spino, lecture-écriture, épanouissement dans les secrets des « métaphores vives », dans lesprit qui plane au-delà de ce livre que lon tient dans ses mains.

Caute, cajolant cet « enfant dune nuit dIdumée », lisant en cachette, ce lettré raffiné, absent de tous les journaux et gazettes, entouré de fenêtres ouvertes par un expressionniste abstrait, un musicien répétant ses accords minimalistes, se moquant de cet écrit quun ami lecteur vante exagérément, puis sécrie : Mazette !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :