C’EST QUOI L’ÉTERNITÉ

instantané écrit « tel quel »




sept septembre

-elle est retrouvée 
-quoi ? – l’éternité
c’est la mer allée
avec le soleil

Rimbaud

toujours du même poste
assis sur un tapis d’aiguilles de pin
en surplomb de la mer
donnant sur la passe
avec en vigie le Fort de Bouc

toujours dans cet exercice de tentative
d’oubli du « je »

je vois pourtant pour la première fois
le bateau des marins-pompiers 
faire une manœuvre au large
envoyant un jet irisé par le soleil
en allé dans mare nostrum

l’éternité selon Rimbaud
et Bébel alias Pierrot le Fou
dont le dernier bâton de dynamite
vient d’exploser son crâne

fip jazz
Michel Godard
Princess Song



UN BATEAU DANS LA PASSE

premier jet




six septembre





un bateau quitte son quai de chargement suivi par un petit remorqueur qui le guide pour franchir la passe et gagner la mer

très lentement si lentement qu’on dirait qu’il est arrêté

je l’observe à tribord puis de dos puis à bâbord puisqu’il s’apprête à virer à l’est vers Phocée

j’aperçois alors un second remorqueur qui est devant lui

le navire passe maintenant devant le fort de Bouc qui résista en 1536 à l’attaque du condottiere, amiral de Gênes, Andréa Doria

Dorio, Doria, on ne se refait pas

voilà, la manœuvre est terminée le chimiquier qui a lâché ses deux petits guides remorqueurs qui rentrent de concert au port leur tâche terminée, actionne sa sirène





fip jazz

Rider Léon Thomas

Du blues du pur Baby !