SOUVENIRS SOUVENIRS

Non, moi non plus, je me souviens pas du nom du bal perdu, ce dont je me souviens en revanche, ce sont les bals de l’été des fêtes de villages, les balloches, dont j’apprends qu’il s’agit aussi des ‘testicules » qu’à une époques nous appelions « texticules » (du hasard)

Je me souviens du Hasard et de la Nécessité et du visage de Jacques Monod, qui passait, en noir et blanc, sur l’unique chaîne de télévision.

Je me souviens de l’enfant Goajiro qui grimpait au cocotier nous chercher une noix de coco et que l’on surnommait Mono (Petit Singe rieur et malin)

Je me souviens de Guernica que l’ai vu en 1974 au Moma, pas loin d’une des Nymphéas dont la dimension 1×2 m, me faisait faire des allers-retours

Je me souviens aussi d’un tout petit tableau de Dubuffet que personne ne regardait représentant Joe Bousquet, cloué au lit, lisant un livre dont se détachait le titre choc : Traduit du silence.

Je suis dans un conte que mes semblables prennent pour la vie.

J.B.

Je me souviens de temps en temps qu’il faudrait que je relise quelques histoires de La vie mode d’emploi. Une lecture plus attentive de ces vies imaginaires permettrait sans doute d’en détecter les clés…G.P.

Je me souviens de mon petit vélo rouge d’enfant que je rangeais la nuit dans l’étable à côté de la maie des cochons (toute la différence avec « le petit vélo à guidon chromé au fond de la cour » de maître Perec)

Je me souviens de ma première bagnole, une deuch bleue (évidemment)

Je me souviens aussi de la Terre est bleue comme une orange, mais la suite que je relis ce soir, ne me donne plus à chanter

Je me souviens de Si sta facendo sempre più tarde (Il se fait tard, de plus en plus tard) « Entre temps la vie s’est écoulée, on ne peut plus la rattraper » me confie Antonio Tabucchi

Souvenirs écrits le 4 mai 2022

lecture à haute voix 05/05/2022 11h45

JE ME SOUVIENS… MAIS J’AI OUBLIÉ

Agenda 12 au 18 avril 2021



Lundi 12/04/2021

 Je n’ai plus d’accords Je n’suis plus d’accord Avec mes chansonnettes Elles ont disparues Au coin de ma rue Et je suis resté…bête Le doux caboulot Plein de populo Les amis les amours mortes Chansons malaimées Chansons oubliées Que le diable les emporte

Mardi 13/04/2021

Je me souviens de ma première auto, une deuch, mais j’ai oublié où et quel jour je l’ai prise en main pour la première fois.

Mercredi 14/04/2021

 Je me souviens du professeur de mathématiques de l’école normale d’instituteurs d’Auch. Il avait été « gazé » en 14-18, ce qui occasionnait parfois des quintes de toux qui l’obligeaient à sortit précipitamment   de la salle de classe, mais j’ai oublié le nom de ce brave homme. 

Jeudi 15/04/2021

Je me souviens du corridor derrière la porte de la cuisine et devant la porte qui donnait sur l’étable des vaches et de la paire de bœufs nécessaire aux labours, mais j’ai oublié dans quelle arène j’ai assisté à ma première corrida et encore plus le nom des matadors d’alors. 

Vendredi 16/04/2021

Je me souviens des processions du « mois de Marie », des autels qui étaient dressés dans certaines rues du village pavées de fleurs, mais j’ai oublié pourquoi une année tout s’est arrêté.

Samedi 17/04/2021

Je me souviens que pour mes 20 ans, étudiant à Toulouse, je m’suis payé un beau chapeau, comme chantait Distel, mais j’ai oublié ce qu’il est devenu ; je ne l’ai pas mangé, mais il a disparu.

Dimanche 18/04/2021

Je me souviens du soufflet de forge de mon arrière-grand père Vidal, qui était forgeron ; il était immense par rapport au petit soufflet que l’on actionnait pour raviver les flammes de notre cheminée. On appelait ce dernier lé buffet (prononcer comme « fête »), qui venait de l’occitan bufa, « souffler » ; ça je ne l’ai pas oublié.

MIREILLE MON P’TIT VÉLO MA DEUCH

UN DICTIONNAIRE À PART SOI





DEUCH

Je me souviens qu’avant chaque virée sur les routes de l’Ariège ou du Gers, il fallait que je vérifie le niveau d’huile de ma deux chevaux, en regardant la jauge graduée.

VÉLO

Je me souviens de mon petit vélo rouge avec lequel je faisais le tour du village

Je me souviens des deux Georges

quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour

avec mon p’tit vélo j’avais l’air d’un con ma mère

(vous les aurez reconnus j’espère)

MIREILLE

Je me souviens du petit conservatoire de Mireille qui était aussi le prénom de notre voisine provençale et celui de la mouche de la chanson de Dick Annegarn zouzouzouzouzoum