LE BEAU CAHIER D’UN ÉTRANGE ÉTRANGER





Cette nuit je découvre un beau cahier que quelqu’un a écrit du 3 mai au 14 juin 2020

Un cahier d’inidentité où tout a été écrit à bas bruit au cœur des nuits où l’on rêve éveillé

Un cahier doublé d’hypnographies : ces calligraphies imaginaires que ma main trace en état d’hypnose

Ma main car il s’agit en effet de cette main qui en rajoute un chouilla bien que tout ce qu’elle découvre

Quatorze mois après semble avoir été mis noir sur blanc par quelqu’un qui m’est étranger

Étrange étranger que Prévert dédia en d’autres circonstances à cet enfant qui vendait aux terrasses des cafés

De jolis dragons d’or dans du papier doré…

manuscrit
une page d’inidentité