PERDU POUR PERDU

Je me suis bien des fois perdu en des pages qui semblaient être écrites pour mendormir. Fasciné par des mots troublants 1, javais traversé une fois de plus, le miroir des mémoires où un être nouveau mattendait à chaque carrefour : un enfant sans paroles, une fée qui me transformait en hibou, une naine blanche compagne de Sirius B, un chanteur turlutant, narquois comme un Québécois 2, un contrôleur pointilleux, poinçonnant à tout va, de Pantin aux Lilas. Et je ne parle pas de ces oiseaux de nuit voletant sur ma page, à la lueur dun petit livre de simple rêverie : le moineau soulcie, la bergeronnette hoche-queue, le roitelet petit monsieur et le fénix, flamme fleurissante.

Ainsi perdu pour perdu, je me retrouve, à la fin des fins, sur les lèvres innocentes qui effacent, un à un, mais en beauté, les poèmes de toute une vie  

1 Dehors c’est la neige et le gel Les rafales de la tempête Mais dedans un feu substantiel A mis ton jeune cœur en fête Fascinée par les mots troublants Tu mépriseras l’ouragan (De l’autre côté du miroir)  Lewis Carroll 2 Felix Leclerc (Le Québéquois) 3 Gaston Bachelard La flamme d’une chandelle

https://www.leseditionsdunet.com/livre/un-dictionnaire-part-moi

LETTRES ORNÉES DE QUATRE BRINS DE LILAS

 
Lettres brèves
Sous forme de souvenirs  
Ornés de quatre brins de lilas
 
Lettre à l’enfant
Qui disputait trois grains de riz
Aux vautours des ordures
Sur les hauteurs et puanteurs
de Caracas
 
Lettre à l’ivrogne
Qui titubait sur la place Mouffetard
Dans le reflux post-soixante-huitard
La bouche pleine de poèmes
Sans lecteurs et sans but
 
Lettre à l’actrice
Que j’accompagnais à la guitare
Chantant sur scène
Les intermèdes que j’avais mis en musique
de Grand peur et misère du III° Reich
 
La dernière missive
Est pour les inconnu.e.s
Qui perpétuent le monologue pluriel :
nous sommes entretissés…