POÈME À DIRE ABSOLUMENT

POÈME DIT



Bouche ouverte et bouche fermée

Poème à dire mentalement

Comme un exercice de pensée





Poème à écrire comme à présent

Dans le bruit de ce pentel stylo

Qui accroche les grains du papier kraft





Poème à faire et à penser

Dans la nuit noire le matin blanc





Poème à rêver et à susurrer

Comme poète de sept ans

Dans la paille blonde et le blé noir





Poème perdu et retrouvé

Dans les livres d’école

Que personne ne lit plus





Poème de Personne

Du masque de Sophocle

Et de Pessoa





Poème intranquille

De la sérénité





Poème publié dans le recueil d'Encres vives
La Nostalgie du Présent 

si vous n’avez rien à me dire
un poème de Victor Hugo
voix et musique
JJ Dorio

Rejoindre la conversation

3 commentaires

  1. tant de poèmes
    à dire à communier
    à chanter à espérer
    si la poésie pouvait
    casser les gestes-barrière
    comme ce serait bien
    si tous les mots du monde
    pouvaient se donner le main…
    Estourelle

    J’aime

  2. Merci beaucoup
    pour la lecture
    qui se prolonge
    et fait ses ricochets

    un petit poème
    non achevé
    mais comme en écho

    CEUX QUI COUSENT ENSEMBLE DES CHANTS NOUVEAUX

    « Éclair de nuit »
    vient de brouiller l’image
    venue du satellite.
    Hier il faisait sauter les plombs.

    Et maintenant après l’orage « éclair de nuit »
    sont les trois premiers mots d’un poème incertain
    mais dont tous les choix pour la suite sont permis
    pour l’esprit qui ruse et qui divague.

    Je m’inspire ainsi d’un ouvrage lumineux
    sur Homère notre père d’un « mythe
    qui ouvre, mais de manière réglée,
    à la variation, à la fantaisie. »*

    Nous sortons d’une période historique
    de « confinement » :
    « Restez chez vous »
    s’affichait sur tous les supports.

    Beaucoup l’ont subi
    comme un manque
    une perte
    de leur vie quotidienne
    Selon leur situation
    c’était bien compréhensible.

    Mais sous les mots ici
    tout au contraire
    un vivant à l’écart
    a poursuivi l’envie de lire
    et d’écrire des poèmes
    ou des textes approchant
    le désir des rhapsodes :

    « Recomposer le monde
    Qui sans cesse se défait
    Le tisser de ces pièces
    qui cousent ensemble
    des chants nouveaux ».

    *HOMÈRE
    Pierre Judet de la Combe

    J’aime

  3. Les poètes de sept ans
    ont le front plein d’éminences
    ils suent d’obéissance
    et l’œil déteint sur la joue

    ils écrivent sur des bibles
    à la tranche vert chou
    des romans de déserts
    de soleils et savanes

    ils regardent rire
    les espagnoles et
    les italiennes où
    luit la liberté ravie

    fleurs de chair
    vertige – déroute
    et pitié sur des
    pièces de toile

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :