JE COUDS JE COURS SUR LA PAGE

tel quel 15/07/2020




Je taille. Je couds. Je cours sur la page.

Puis je m’arrête. Je ne suis pas pressé

de trouver la suite…trantran ou sortilège.





Je tourne autour d’une histoire vécue

que j’ai oubliée, mais que ma plume,

allant de bonds en sauts, cherche à retrouver,

pour la réinventer.





Les livres que je lis, en alternance,

me tendent des miroirs,

m’incitent à poursuivre, à ma manière,

leurs récits. En évitant, si je le puis,

d’être ce badin de la farce, évoqué

par l’auteur des Essais.





Bercé par mes imperfections, me voilà,

perdant le fil, confondant l’un et l’autre,

essayant, chemin faisant, de m’extraire

du grand Escogriffe.





Et puis revient Bonne Fortune, de manière inespérée.

Les chiffres indiquent, 4.44, c’est l’heure.

Trois quatre sont sortis, comme au jeu de dés.

Quatre phases de la lune, quatre points cardinaux,

quatre saisons.

Ceci pour le côté carré.





Mais il y a des extensions.

La cinquième saison est l’une d’entre elle.

Celle que vivent ceux et celles qui ont atteint

« le grand âge », qui prolonge l’existence,

qui aurait dû s’achever, et qui impose aux humains,

sous peine de naufrage, de se réinventer.


	

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :