LIRERÊVER





Cette nuit qui n’en finit pas

j’ai retrouvé des notes écrites en 1973

Pour le plaisir

Des notes sans phrases ni phraséologie

Écrites dans la rue

Au café du Départ

Dans mon hamac tissé par une amérindienne

Loin du logis

Amorces mouvements

Histoire de laisser libre cours

à tout ce qui n’était pas théorie

LireRêver

Rêver à haute voix

De ce qui parle dans la tête

En lisant les paroles rapportées

Des peuples sans écriture

Autant dire

À partir du désert

De notes écrites

par jeu

et par un je anachronique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :