LE BANNI DE LIESSE ET AUTRES PROPOS DYSPHORIQUES

LE BANNY DE LYESSE

Les écrits du vieil âge montrent souvent « la rouille ancienne ». C’est François Habert qui le dit, lui qui fut nommé Le Banni de Liesse, quand il était (comme moi je le fus) escollier estudiant à Toulouse, quatre siècles avant ma naissance.

SOURIRE INACHEVÉ

Sourire inachevé. On dirait la Joconde. Si Vinci voyait tous ses portraits travestis, iconoclastes, sourirait-il ?

QUE C’EST BEAU LA PHOTOGRAPHI E

J’ai longtemps refusé de faire des photographies préférant enregistrer les sons de la nature, les conversations, les silences. La magie de la chambre noire et l’apparition d’agrandissements me furent « révélés » à Caracas, où nous logions ensemble, par mon ami Michel 1  qui sortait ses premiers instantanés d’indiens et d’indiennes Goajiro. Certains (portraits et paysages) figureraient longtemps après sur « Le chemin des indiens morts », livre d’ethnologie qu’il était loin d’imaginer alors. (Il était physicien). Naturellement avec un pareil « compère » aussi enthousiaste qu’exigeant, ma mue vers le noir et blanc et le plaisir du développement furent assurés.

1 Michel PERRIN du CNRS et du Collège de France en Ethnologie.

QUESTION SANS RÉPONSE

Au lieu de me vexer, j’aime que mon petit fils me pose une question dont je n’ai pas la réponse. Mais tu vas voir Mathis, on va chercher…

LE RYTHME

Peter Brook fait la liste de tous les professeurs qui bloquaient tous ses apprentissages. Tous en réalité par leur prétention « terrifiante », à ce que l’on applique leur méthode, sans broncher. Un seul cependant trouve grâce à ses yeux. Non pour sa matière (la musique) mais parce qu’il mettait en scène les pièces jouées par les élèves et surtout parce que il lui avait donné une formule magique qu’il retint et s’appliqua à faire vivre : « Pourquoi le rythme est le facteur commun à tous les Arts ? »

MANTRA

Poutine assassiné ou mort d’un AVC, ou ce que vous voudrez. Il n’est pas un jour que je ne répète ce mantra espérant qu’il devienne réalité.

DYSPHORIQUE

Je lis le mot dysphorique que je ne connais pas. C’est à propos de Sariette, un personnage proustien sur lequel « crie » Mr Verdurin. Pauvre Sariette . Les moments euphoriques chez lui, c’est niet.

https://www.leseditionsdunet.com/livre/un-dictionnaire-part-moi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :