LE BANNI DE LIESSE ET AUTRES PROPOS DYSPHORIQUES

LE BANNY DE LYESSE

Les écrits du vieil âge montrent souvent « la rouille ancienne ». C’est François Habert qui le dit, lui qui fut nommé Le Banni de Liesse, quand il était (comme moi je le fus) escollier estudiant à Toulouse, quatre siècles avant ma naissance.

SOURIRE INACHEVÉ

Sourire inachevé. On dirait la Joconde. Si Vinci voyait tous ses portraits travestis, iconoclastes, sourirait-il ?

QUE C’EST BEAU LA PHOTOGRAPHI E

J’ai longtemps refusé de faire des photographies préférant enregistrer les sons de la nature, les conversations, les silences. La magie de la chambre noire et l’apparition d’agrandissements me furent « révélés » à Caracas, où nous logions ensemble, par mon ami Michel 1  qui sortait ses premiers instantanés d’indiens et d’indiennes Goajiro. Certains (portraits et paysages) figureraient longtemps après sur « Le chemin des indiens morts », livre d’ethnologie qu’il était loin d’imaginer alors. (Il était physicien). Naturellement avec un pareil « compère » aussi enthousiaste qu’exigeant, ma mue vers le noir et blanc et le plaisir du développement furent assurés.

1 Michel PERRIN du CNRS et du Collège de France en Ethnologie.

QUESTION SANS RÉPONSE

Au lieu de me vexer, j’aime que mon petit fils me pose une question dont je n’ai pas la réponse. Mais tu vas voir Mathis, on va chercher…

LE RYTHME

Peter Brook fait la liste de tous les professeurs qui bloquaient tous ses apprentissages. Tous en réalité par leur prétention « terrifiante », à ce que l’on applique leur méthode, sans broncher. Un seul cependant trouve grâce à ses yeux. Non pour sa matière (la musique) mais parce qu’il mettait en scène les pièces jouées par les élèves et surtout parce que il lui avait donné une formule magique qu’il retint et s’appliqua à faire vivre : « Pourquoi le rythme est le facteur commun à tous les Arts ? »

MANTRA

Poutine assassiné ou mort d’un AVC, ou ce que vous voudrez. Il n’est pas un jour que je ne répète ce mantra espérant qu’il devienne réalité.

DYSPHORIQUE

Je lis le mot dysphorique que je ne connais pas. C’est à propos de Sariette, un personnage proustien sur lequel « crie » Mr Verdurin. Pauvre Sariette . Les moments euphoriques chez lui, c’est niet.

https://www.leseditionsdunet.com/livre/un-dictionnaire-part-moi

ENIVREZ-VOUS ! (suite)









Cet enfer marchand

Tout s’achète Tout se vend

La fricassée de l’âme

Avec son automobile





Cet enfer marchant

Sur l’éducation et la santé

L’art et la créativité

Métamorphosant les individus

En consommateurs zombis





Cet enfer du Tout Économique

Et de leurs hommes de main

Thuriféraires offrant l’encens

Aux dieux de la Bourse

Et du Produit Intérieur Brut





Cet enfer qui te prive

Des ressources infinies

De ton for intérieur

Qui t’interdit de goûter

L’art vivant du théâtre

Où les paroles sont plus fortes

Que tes actes privés





Tes actes privés d’amour de vin

De poésie de liesse et de l’ivresse

Baudelairienne…Enivrez-vous

Pour ne pas être les esclaves martyrisés

Du Temps…et du discours marchand !









Enivrez-vous JJ Dorio dit C. Baudelaire

	

NESSUN DORMA ou LA NUIT DES BARRICADES





Liesse : Joie collective

(vieilli, littéraire)

Nuit du dix au onze

Mai 68

Mai mais mais Paris mai





Roulez jeunesse

Dormez vieillesse

(À 22h De Gaulle va se coucher…

On n’osera le réveiller)





Rue Gay Lussac

Ô gué ô gué ô gué

C’est la divine comédie

On se passe les pavés

En chantant Pavarotti :

Nessun dorma (bis)

Que nul ne dorme !

Et ne s’endorme

Sur les lauriers

Des Enragés





Come di come di

La Comédie d’un jour





La Tragédie toujours





Avec Claude Nougaro, Pavarotti (un air de Puccini) et Paolo Conte