ADIEU À LAUJOURDHUI

J’ai du mal certaines fois à dire adieu à l’aujourd’hui J’aimerais le prolonger revivre encore au ralenti tous ses petits moments d’insouciance : rires et larmes d’une gaieté partagée pour un bon mot, une galéjade (de galer se réjouir), Braises de phrases sur lesquelles on souffle en toute innocence Souviens-toi, se dit-on ensuite lorsqu’on se retrouve seul ou seule Souviens-toi du poème que tu écrivis plus tard (dans l’aujournuit), pour le plaisir de recroiser sur le papier les images et les visages de cette journée particulière L’encre brillait, vibrait d’un lyrisme contenu, la page évoquait cette lumière d’une étoile éteinte depuis des milliers d’années mais qui continuait à nous parvenir comme ce viatique pour l’éternité, que l’on peut lire gravé sur une pierre blanche, sur l’immeuble donnant sur le Quai aux Fleurs et qu’occupa le philosophe doux dingue qui avait pour nom Jankélévitch et que les étudiants des amphis occupés en Mai 68 appelaient affectueusement Janké Adieu donc à l’aujourd’hui, à sa sereine intranquillité, que l’on annote sur notre partition d’un ppp (pianossissimo)

https://www.leseditionsdunet.com/livre/un-dictionnaire-part-moi

L’ADIEU AU LIVRE


Achevé d’imprimer le 30 décembre 1976
Achevé de relecture le 29 mars 2022

Maintenant mon livre Adieu
Tu as fait ta vie Joué ton rôle
Suscité critique et querelles de Lettrés
Ignorance des Philistins
Et des épiciers 


Adieu tes vers
Et ton papier noirci
Par la Nécessité
De n’être que cette activité 
Parfaitement inutile
Que tu nommas -par antiphrase-
Livre de lectures1

1 Un livre écrit par la délicieuse Marthe Robert (25 mars 1914-12 avril 1996)




J’ÉCRIS opus 7





J’écris léger très léger encore plus léger
et sans la moindre hégémonie

J’écris en lisant ici et là 
(cette nuit Lamartine reprenant le terme de gémonies)

J’écris az-zhar’ (le coup de dés) et nécessité :
nécessité de ne pas étaler sur ma page
le big bazar de l’écriture

J’écris nu évitant de poser
J’écris retenu 
mais pas trop tout de même
et pas toujours

J’écris amusé de partir (partager)
les vrilles et les sucettes,
la biberine et les cacahuètes

J’écris à la margelle d’un puits
où l’on s’assied pour dire adieu
comme l’on dit bon jour 
dans mon village d’Occitanie
au premier vivant qui passe

J’écris comme Butor (Michel)
malgré les bombes
et malgré ceux qui font la bombe
dans un monde à bout de souffle,
et de ressources climatiques, biologiques,
démocratiques…

J’écris Voici des fruits, des fleurs,
des feuilles et des branches


J’écris Green de Paul Verlaine


Voici la poésie
Qu’on assassine



L’ANOMALIE D’ÊTRE UN.E POÈTE

Agenda du 5 au 11 avril 2021





Lundi 05/04/2021 dit de Pâques

6h49  Faon ou éléphant Une rime pour enfant Mais où cacher l’œuf au chocolat Dans le poème ? (J’offre ce quatrain enfantin à qui le me le dira.)    6h58

Mardi 06/04/2021

4h35  Réparons le monde Humains Animaux Nature  Corinne Pelluchon Un beau titre mais dans le corps du livre une foire d’empoigne entre théoriciens. Cependant si dans la tête des gens leurs représentations sur la place de l’humain dans la nature n’est pas au clair, on n’y arrivera pas. Et l’écologie comme religion et vengeance d’un Dieu disparu participe à la destruction d’un monde bien compris.   4h58

Mercredi 07/04/2021

16h31  Radios et scanner dans le labyrinthe de l’hôpital des Rayettes (de Martigues) de cette maudite épaule gauche sur laquelle j’ai chu en vtt il y a un an, m’ont éloigné des notes matinales que j’offre à cet agenda de guingois. 16h33

Et le résultat ? L’arthoscanner met en évidence une rupture transfixiante du tendon supra-épineux sur son insertion sur le tubercule majeur mesurant 12 mm de longueur en coupe sagitale…

Jeudi 08/04/2021

8h36  L’Anticyclone nous gratifie d’un air glacé descendu de l’Arctique qui agité par Saint Mistral produit un froid du diable. Mais c’est le plein soleil, le soleil de la vie qui dissémine ses points d’or que l’on confond avec ces mots qui sont le blanc du langage.   9h05

Vendredi 09/04/2021

7h21    Le yeux ouverts reprennent cette suite mineure après une nuit de rêves chaotiques induits par l’Anomalie ce roman diabolique écrit par Victør Miesel et repris par un tôlier qui signe Le Tellier.   7h28

Samedi 10/04/2021

8h00        Tu aurais 69 ans aujourd’hui Tu te souviens de mes paroles au cimetière ? Au cas où pour toi seule cette fois, la foule de tes accompagnants s’étant depuis bientôt sept ans retirée, je te les redis les yeux fermés :

                  J’ai cueilli ce brin de bruyère L’automne est morte souviens t’en Nous ne nous verrons plus sur terre Odeur du temps Brin de bruyère Et souviens-toi que je t’attends Guillaume Apollinaire L’Adieu   8h09

Dimanche 11/04/2021

1h54   Avec le mot « poète » en Français on n’a vraiment pas de chance. D’abord cette diphtongue d’eau (o) et de lait (è), ensuite cette injonction sur cette « peau » que vous êtes censé « être ». « Pou ête » un.e poète faut vraiment aimer se ridiculiser.   2h03


	

DANSEZ LES PETITES FILLES

agenda du 8 au 14/03/2021




Lundi 08/03/2021

7h21    -Adieu, comment tu vas ? C’est ainsi que l’on se saluait dans mon village natal où les paysans parlaient toujours entre eux en occitan. Et pour se séparer leur adíu (prononcer a-di-ou) était proche de l’adios espagnol.     7h27

Mardi 09/03/2021

2h19    Je fais la course aux improvisations avec la joyeuse bande internationale des acteurs et actrices de Peter Brook aux quatre coins du monde, en Afrique chez les Yorubas, à Téhéran, au Mexique avec le Teatro Campesino, à Brooklyn et enfin aux Bouffes du Nord, sur cet espace vide « entre le sacré et le brut. »

Mercredi 10/03/2021

6h02     « Un homme raconte son histoire et ce sera celle de tous ou de personne. » (Henri Thomas) Le livre que j’ouvre illustre cette citation. L’auteur évoque une reproduction brodée par sa mère de la fameuse « tapisserie de Bayeux » qui me fait ricocher sur le souvenir de sa visite avec le poète Jean Louis Rambour qui m’avait accueilli à Bayeux. Puis, sur la même page, l’auteur revoit une photo prise par son père à Praz sur Arly, où l’on voit en arrière-plan le Mont Blanc. Praz où nous séjournâmes dans un gîte, trente ans après avec Jo et Noémie (2 ans). Merci à l’écrivain Daniel Oster qui publia « Rangements » en 2001

Jeudi 11/03/2021

7h01    Ça m’interpelle mais ça ne me sécurise pas. C’est incontournable mais ce n’est pas gratifiant. C’est obsolète mais je l’assume. Si ça te pose problème tu peux en faire tout un poème.    7h08

Vendredi 12/03/2021

2h55       À la sortie je vais chercher Mathis, 5 ans, à son école maternelle. Dix minutes après nous voilà loin de la ville sur les sentiers de la forêt de Castillon, lui sur son petit vélo avec son casque bleu, moi le suivant et palabrant de choses et d’autres. Nous sommes seuls, le petit roi pédalant et son grand-père un bref instant le Merlin des forêts.      3h04

Samedi 13/03/2021

8h06   Après une semaine de floraison intense, les fleurs de l’amandier se détachent une à une au vent léger, elles tombent tombent, tombent, tombent, petites âmes des contes de fées qui auraient ravi ma Dulcinée.

Dimanche 14/03/2021

1h25     Chansons reprises cette semaine avec l’aide des accords sur le piano : Le Sud (Ferrer) L’écharpe (Fanon) Vingt ans (Ferré) Ma môme (Ferrat) La marine (Fort Paul-Brassens). Chanson la plus écoutée sur ce blog : Dansez les petites filles (Hugo-Dorio). La semaine est finie n.i n.i, mais ce n’est que dans les chansons qu’elle recommen-en-en-ce.       1h30

Dansez les petites filles (Hugo-Dorio)