J’ÉCRIS opus 15





j’écris de ma voix perdue heureusement enregistrée

J’écris d’un seul coup d’un seul

J’écris en bleu j’écris en vert

J’écris en noir le deuil des vers

J’écris des lignes sur la mer

J’écris sur des feuilles volantes

J’écris assis j’écris debout

J’écris de signes caractères d’argile et de boue

J’écris de glyphes et de remous

J’écris de regards échangés avec les peintres des musées

J’écris sur le dos des bossus

J’écris en écoutant Moussu T

J’écris en faisant du thé

J’écris avec Sapho princesse athée

J’écris de ma voix perdue heureusement enregistrée

J’écris sur la voie que j’ignorais avant d’écrivant la créer

J’écris toujours à la craie d’une enfance mythique

J’écris sur les mythes en lambeaux des indiens Goajiros

J’écris devant la cafetière en faïence bleue de Cézanne

J’écris des lettres à Blanche Neige

J’écris bernique

J’écris au bernard-l’hermite l’alter ego du pagure

J’écris en tournant sept fois ma plume dans l’encrier

J’écris au marchand de chaussures qui m’ont cassé les pieds

J’écris au menuisier sur la table de chêne qu’il m’a faite livrer au septième étage de la Tour Montparnasse

J’écris en relisant Urgent Crier !

J’écris en faisant la grande lessive des Romantiques et du Parnasse

J’écris sur une sorte de scriban en acajou

J’écris comme un scribe en période maigre qui sur son palimpseste fait ici et là quelques ajouts

J’écris au crayon pour gommer mes indécisions

J’écris sur la boîte de Monte Cristo n°3 que j’ai achetée lors de mon voyage à Cuba en avril 1977

J’écris en écoutant un set de Coltrane et de Miles

J’écris sur une grande table ronde dressée autour du monde

DESSOUS DE TABLE ET DU DESTIN

tel quel dans la nuit du 12/07/2020
Dessous de table et du destin.
À un détail près,
Déterrer les vieilles histoires
N'est pas bon pour la santé.

Au détour d'une fiction de Borges,
On allume la lampe d'argile de l'imagination,
et l'on se retrouve sur une planète 
née de "la conjonction d'un miroir
et d'une encyclopédie",
parcourue seulement par dix-sept lecteurs-
lectrices comprises.

Devises de père en fils :
Jean Marot, Rhétoriqueur :
Ni trop ni peu
Clément, Prince des poètes
La mort n'y mord

Dévoiler, agiter ses mots, éloigner ses maux,
comme un beau diable.

Dictées de nuit. 
Je n'écris jamais ce que me dicte la conscience passée.
Ni la bouche d'ombre.

Mon dictionnaire à part moi, ignore l'ordre de l'alphabet.

Ma plume s'arrête là, faute d'espace,
mais nous n'avons pas fini tous deux,
de nous étonner.