PLAISIR D’ÉCRIRE ?

premier jet




PLAISIR D’ÉCRIRE ?

                Sans le plaisir d’écrire, d’abord avec la main tenant ce stylo bleu ou noir, avec sa pointe plus ou moins fine, nul texte chez moi ne naît.

                Nul texte ne s’enfante.

                Mais cependant,  ce premier jet réalisé, la plupart du temps, je m’arrête.

Plaisir d’écrire conduit trop aisément au bavardage. Le bas vardage c’est pour le pépiement, les clichés, les lettres moribondes

L’écriture, tout au contraire, se fait dans « la plume en absence » du bruit autour de soi, des certitudes, des évidences désuètes.

Cette page, par exemple, a accepté le vide, l’attente de cette voie sans personne, dont j’ignore, à cet instant précis, si elle va m’ouvrir un chemin nouveau ou me conduire à une impasse.

Soumettre ce texte au « grand  ordinateur » me permettra, de le modifier « à la marge », avec le désir d’y voir un peu plus clair.

01/02/2021

ON N'ÉCRIT PAS SANS Y LAISSER DE PLUMES




On n’écrit pas sans y laisser des plumes

Plumes d’écolier

plumes gauloises

ou sergent major

que l’on mouillait

sur son poignet

avant de suivre la ligne

des pleins et des déliés

Lundi 14 mai 2018

Morale :

il faut s’appliquer et persévérer.

On n’écrit pas sans y laisser ses plumes

de jeune oiseau piailleur

puis de vieil oiseau gouailleur

emmêlé à la fable du monde

On n’écrit pas sans ses rêves d’enfant

oiseau de vie « oiseau secret qui nous picore »*

oiseau de mort qui disparaît avec nos corps





*Supervielle





Astoria dans le quartier du Queens

New York

14 05 2018

Rejoindre la conversation

1 commentaire

  1. Et bien c’est plaisant de vous lire, sincèrement, on voit que vous aimez mettre une ambiance dans ces silences qui parfois en disent bien plus qu’un mot, une phrase..
    En suspension horizontale.
    Vous êtes le premier poète à qui je m’adresse sur ce site qui me plait, où un jour comme vous je mastiquerais les mots ou maux, tout dépendra sans doute de cette plume dont vous parlez, et qui ne devra pas à mon compteur me faire un pitoyable caprice, sinon quel sera le sens du sacrifice ? Qu’importe, écrire c’est donner sans espoir !
    Il n’y a rien à faire, l’être humain entre atomes, et centre de gravité sera éternellement à basculer soit dans ses contradictions, ou soit dans ses paradoxes… Beaucoup ici bas disent que la perfection, n’est pas de ce monde ! Que grand bien leur fasse !
    Mais, où diantre, veulent ils aller la chercher, et pour quelles raisons ?
    C’es pas ce qui pousse l’humain à être meilleur, l’imperfection ?, Car comment pourrait il atteindre son contraire sans avoir pénétrer dans ses entrailles ?
    Laissez nous donc rêver, nous les grands enfants coquins de ce monde.
    Poursuivez votre quête cher poète, d’après ce que j’ai vu l’indicible univers vous tend la main.
    Saisissez là bien ardemment, bientôt la chaine humaine sera, elle nous délivrera ses axiomes.
    Bien à vous, respectueusement, et merci encore.
    Frédéric Dettloff
    Encore une .
    .
    Pour un impossible et de lui sans artifices trop luxueux, s’en prendre à

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :