HISTOIRES SUR HISTOIRES

Pourquoi vivre isolé concourt à enchaîner 

Histoires sur histoires 

(Presque aucune d’ailleurs n’atteignent mon papier) 

 

Elles voguent, elles flottent, elles alimentent 

Nos joies passées, qui reviennent à l’improviste. 

 

Mon dieu, ça fait une éternité, que je n’avais pas revu 

La figure de Paillasse,  

Un fétiche que j’arborais en parcourant le grenier 

Où s’entassaient les Dépêches, Midi Olympique, 

et les partitions des chanteurs populaires. 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :