SONNET DE L’ÉTRANGER





Cette nuit maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas.

Albert Camus  (L’Étranger)





Plutôt que d’accepter le cours des événements

Je lis dans mon lit innocent

Cette nuit par exemple maman n’est pas morte

Devant son feu de cheminée.





Je lui ai dit dans mon rêve

Que j’allais lui ramener une orchidée en or.

Je lui ai dit de ne pas s’inquiéter.

Que le petit chat n’était pas mort.





Je lui ai dit que si la mort heureuse n’existait pas

Du moins le dernier livre que j’avais écrit

Lui ferait oublier la sienne.





– Et comment l’as-tu appelé, fils ? m’a-t-elle demandé.

L’étranger, maman.

L’extraordinaire étranger.