LE BEL OCCITAN

LE BEL OCCITAN Mes parents petits paysans voulant que leur rejeton -fils unique- réussît à l’école et qu’il s’éloignasse du maniement de la charrue et de l’élevage des bovins (avec le fumier qui s’ensuit), m’ont interdit d’apprendre leur langue première, le bel occitan qu’on leur avait persuadé de nommer « patois » (c’est pas toi !) Je l’entendis quand même et je le compris mais fut incapable de le transmettre à mes deux filles : c’est ainsi que meurt une langue.

https://www.leseditionsdunet.com/livre/un-dictionnaire-part-moi

LENGA D’OC LENGA DE FUOC









Pédasser, péguer, bouléguer.

Trois verbes issus de l’occitan.

Raccommoder, coller, se bouger.

La lenga d’òc

Le parler premier de moun païre

Mon père né dans une ferme d’Ariège

En l’an 1912





Langue d’oc

Dont on l’avait persuadé

Que c’était un pas-toi !

Et qu’il dut troquer à l’école

Pour un abécédaire exclusivement en français





Mais l’occitan enraciné reprenait langue

Dans les travaux et les jours

Du petit homme

Et de celui qui accomplit sa vie durant

son destin de paysan





Moi

Unique rejeton

Né en 1945

Je fus un desparaulat

Privé de parole occitane

Mais mon oreille me l’enseigna :

les chansons du bouïè de mon papa

celles de Marti et de la veine protestataire issue de 68

puis mes lectures de Ventadour

et des autres troubadours





Troba Trouve Trouver

Camina dins lès pás d’Orfèu

E t’entornes pas !

Fais ton chemin dans les pas d’Orphée

Et ne te retourne pas !

VIENI ORFEO VIENI

Vieni Orfeo vieni con lei
Al piccolo cimitero de campagna

Andrea Zanzotto

Viens Orphée viens avec elle
Dans le petit cimetière de campagne


Je lis me précipite et m’éparpille
Les yeux entrant dans les pages bilingues
Des langues latines

Italien portugais espagnol catalan
Et cet occitan que j’entendis enfant dans ma cuisine
Quand un ami paysan venait visiter mon père
Mais que je n’eus pas le droit de parler
Puisqu’on pensait qu’il contaminerait
La langue apprise à l’école de la République

Vieni Orfeo vieni
Vient me régaler
De ses frôlements langagiers
Glossolalies amuïssements amusements
écarts 
 nel terreno stesso del vagare
(sur le terrain même de l’errance)
Où personne n’empêche plus le bambin aux cheveux blancs
De batifoler 
Avec Orphée 

c’est un poème qui a fait une dépression nerveuse

 
  
 t’imagines c’est pas rien c’est quoi alors ?
 c’est trop long à t’expliquer
  
 t’imagines c’est de l’occitan
 al lum rossèl d’una candèla censada eccartar la tronanda*
  
 *à la lumière rousse d’une chandelle censée éloignée la foudre
 Ives Roqueta
  
 t’imagines c’est chacun de tes doigts sauf l’index mis en quarantaine
 dans les caves du Vatican
  
 t’imagines c’est un poème qui a fait une dépression nerveuse*
 il n’y a qu’un pessoïen pour trouver ça
  
 *o meu poema teve un esgotamento nervoso
 Daniel Jonas
  
 t’imagines sur une malle du grenier
 un chat-huant fumant la pipe de Magritte
  
 t’imagines c’est l’horloge qui tourne dans la tête
 tranchée par la grande aiguille
  
 t’imagine une voix d’outre-tombe qui déchire le papier
  
 t’imagines tantôt la vie tantôt la mort
 et au milieu coule un fleuve noir
  
 t’imagines des lettres minuscules qui magnétisent
 ton bas de casse
  
 t’imagines c’est pas rien c’est quoi alors ?
 t’as qu’à tout relire