RIEN

Rien
La reprise
D’un poème
Mille fois écrit
Mille fois oublié

Rien
Ne pas Nier
Ce côté niais
Ce parti pris
De partir de Rien

Comme une répétition
D’acteurs muets
Avant la première

Les pièces poétiques sur le Rien
Sont en effet légion

Plus rien sauf
Cette joie de l’oubli 1

Rien encore
Tout déjà 2

Rien
Nada
Je nage sur ma page
Et toujours
À contre-courant
Pourquoi le nier ?


1 Philippe Soupault  2 Jacques Dupin

BÛCHER





Faire quelque chose de rien et surtout Tout savoir suprême non-sens.

Paul Valéry


Je bûche des bouquins du temps d’Hugo, de Baudelaire

Je ne suis rien, je le sais, mais je compose mon rien, avec un petit morceau de tout.

Rien n’égale en longueur les boiteuses journées
Quand…l’Ennui fruit de la morne incuriosité
Prend les proportions de l’Immortalité

J’ai de quoi avec ça m’occuper longtemps
à ricocher
à composer, à mon tour
et depuis ma modeste place,
une petite pièce, bribe, esquisse, 
écrites avec une insatiable curiosité.

La poésie des mots venus de rien,
Qui se languissent sur ma page ;
Des mots qui boitent,
Toc, toc, toc.

(La poésie doit être faite par tous. Non par un.
Pauvre Lautréamont, tic, tic, tic, tic.)

La poésie des cris des martinets,
que mon père appelait les faucilhs.
Tout un poème,
Troué d’un air d’azur
Qui vire au noir
Quand vient la mort.1


1 Noël Dorio (03/12/1912-03/12/199)


Martigues 03/12/2021

PARLER DE RIEN









Parler de rien en se mordant la langue

En écrivant en vers cette petite prose





Parler de tout à son chat Archimède

Qui naquit à Syracuse à Pâques ou à Kairouan

Et chanter du Dimey

Un dix mai 68





Parler à Cohn Bendit

À Nanterre la Folie

Parler le nez en l’air

À Gavroche éternel

Mort sur la barricade

En sifflant tel l’oiseau

C’est la faute à Rousseau 





Parler et puis se taire

Faire ce pied de nez

À dame Camarde





 Sur les marches de la mort

Sur toutes les pages blanches

Écrire Liberté









Dimey Bernard est l’auteur de la chanson Syracuse

Mise en musique par Henri Salvador

Gavroche est la petite grande âme d’une scène des Misérables

écrite par Victor Hugo

Les deux derniers vers sont extraits de Liberté

De Paul Eluard

NE RIEN FAIRE





NE RIEN FAIRE, sauf respirer…et lire, mais en levant souvent les yeux, jetant alors, comme négligemment, sur le papier, cette prose musicale- du moins, je l’essaie.

Le personnage d’une nouvelle de Poe, si j’en crois le romancier espagnol qui rapporte le fait, prend « un interés tranquilo pero inquisitivo hacia todo ». Pour toute chose, il manifeste, deux attitudes en apparence contradictoires. Un intérêt tranquille (je suppose qu’il prend son temps, ne se met aucune pression pour résoudre l’énigme), mais « inquisitorial » ! (il tourne et retourne, « littéralement et dans tous les sens », ces choses qui passent sous son radar ? il fait du Ponge sans le savoir ?). Je n’oublie pas, toutefois, que le tout se déroule dans le flux et le rythme musical, créés par une « nouvelle ».

NE RIEN FAIRE, c’est déjà bien assez pour écrire ainsi, en vis-à-vis, sans compter/conter.

J’envie l’époque de Baudelaire, où ces petits poèmes en prose, flottaient, apparemment perdus, au milieu des pages de journaux de Paris.

NE RIEN FAIRE, la suite m’appartient. Elle ne paraîtra pas sur cette page cartonnée, blanche, dos de couverture de mon premier recueil de poèmes publié.

Oublie tout ce que tu sais sur la littérature, la poésie, la vie écrite dans les journaux du matin ou du soir ou, désormais, sur l’écran (cette mort programmée du lecteur de papier). Passe ta mine dans le taille-crayon, prends un livre, une page vierge en vis-à-vis, et sans rien faire, commence, ici et maintenant, ton exercice de petite prose poétique, limité à une page, pas plus.  

Petites proses poétique en une page

En temps de Covid (sévère), je vous propose un exercice de lecture et d’écriture, partagées.

Pour faire simple, il s’agit d’écrire une série de « petites proses poétiques, en une page ».

1 Tracez sur votre feuille A4,  un rectangle de 16×20 cm. (c’est le format commun).

2 Lisez le texte-souche, ci-dessus, 3 minutes, puis quittez-le des yeux.

3 « NE RIEN FAIRE, sauf… » ce sera votre début (l’inducteur). Que vous répèterez, autant que vous voudrez. (anaphore)

4 Écrivez à la main, en essayant de ne jamais raturer. (ce qui impose un certain « régime d’écriture », maîtriser sa vitesse, ne pas s’emballer).

5 Quand il n’y a plus d’espace sur la page, le texte est terminé.

6 Le recopier (mais rien ne presse, on peut laisser la pâte reposer), sur le clavier de l’ordinateur. Cette fois, vous avez toute latitude pour le modifier (mais à la marge).

7 Envoyez-le en doc joint à mon adresse doriojeanjacques@gmail.com, et je le posterai, tel quel, sur le blog.

8 Il n’est pas sûr que à partir de mes braises le feu se propage, mais sait-on jamais ?

9 Il en est des livres comme du feu dans nos foyers : on va prendre ce feu chez son voisin, on l’allume chez soi, on le communique à d’autres, et il appartient à tous.  Voltaire

EN SOURDINE

dorio /hypnographies sur papier kraft/ 08/09/2020 02h16




EN SOURDINE

              On ne pense à rien            

                mais un reste

              un zeste de phrase 

              a laissé cette trace

                  sur le papier





             Et maintenant

         au lieu de froisser le tout

                et de le jeter

               avec sa tête coupée

 dans le panier





             On maintient

          sa phrase sa tête sa pensée

                l’esprit 

de cet horizon particulier         

        





             Où ce rien  a donné

             ces liens ces bribes

             cette appartenance

             au monde qui glisse

                   et palpite





                  en sourdine…