COMME UN TOMBEAU DE POÈTE

la main écrit et le texte se fait (plus ou moins)




Avant de rendormir les douleurs et les cris

Je lis Frénaud Follain folles guêpes bourdons

Les yeux pleins de fourmis noires et de Néant-

-la-Môme chérie – loin des chichis – de Tardieu

Avant de rendormir les douleurs et les cris





Sois tranquille Philippe qui vient de t’en aller

Le poème ennemi tu ne traceras plus

Tu ne chercheras pas le fin mot de la fin

Ta mort tu le disais poursuivait son chemin

Sois tranquille Philippe qui vient de t’en aller





Les extrêmes se touchent écrit Blaise Cendrars

Il chante Bilbao d’autres le bilboquet

Ou cette fleur absente de nos derniers bouquets





Je t’écris lettre à lettre avec de l’encre bleue

« L’art est long si long La vie en revanche courte

Elle coupe comme un couteau »*

Nos pages noires du tombeau





*Largo es el arte La vida en cambio corta

como un cuchillo

Angel Gonzalez

lecture (et traduction)

CINQ CHOSES QUI RENDENT LES GENS VANITEUX





Leur automobile dernier cri





Leur passage à la télévision

assis sur le divan de Michel Drucker





L’idole des jeunes

chantée sous les applaudissements

pour leur soixante-dizième anniversaire





Le selfie de leur binette

avec en arrière-plan la tour Eiffel

ou les écrans géants de Times Square





Deux vers de Victor Hugo

gravés en lettres d’or

sur leur tombeau





18/01/2020

00h45

citation Victor Hugo
hypnographie Dorio