COMME UN TOMBEAU DE POÈTE

la main écrit et le texte se fait (plus ou moins)




Avant de rendormir les douleurs et les cris

Je lis Frénaud Follain folles guêpes bourdons

Les yeux pleins de fourmis noires et de Néant-

-la-Môme chérie – loin des chichis – de Tardieu

Avant de rendormir les douleurs et les cris





Sois tranquille Philippe qui vient de t’en aller

Le poème ennemi tu ne traceras plus

Tu ne chercheras pas le fin mot de la fin

Ta mort tu le disais poursuivait son chemin

Sois tranquille Philippe qui vient de t’en aller





Les extrêmes se touchent écrit Blaise Cendrars

Il chante Bilbao d’autres le bilboquet

Ou cette fleur absente de nos derniers bouquets





Je t’écris lettre à lettre avec de l’encre bleue

« L’art est long si long La vie en revanche courte

Elle coupe comme un couteau »*

Nos pages noires du tombeau





*Largo es el arte La vida en cambio corta

como un cuchillo

Angel Gonzalez

lecture (et traduction)

ET DE JEAN TARDIEU LA MÔME NÉANT





Les violons de l’automne de Verlaine

Les roses cueillies par Ronsard

La corde des pendus de François Villon

Et de Jean Tardieu la môme Néant





La peinture à l’ahouile de Boby Lapointe (fine)

La sardane de Charles Trénet

Le père Ubu d’Alfred Jarry

Et de Jean Tardieu la môme Néant





La passante de Baudelaire

Le cornet à dés de Max Jacob

La négresse blonde de Fourest

Et de Jean Tardieu la môme Néant





Les escargots à l’enterrement d’une feuille

écrite par Jacques Prévert

Les Alyscamps de Paul-Jean Toulet

Le hareng saur de Charles Cros

Et de Tardieu la môme Néant





La langue verte de Géo Norge

Les cerfs-volants de Romain Gary

La pipe en majesté de Magritte

Et de Tardieu la môme Néant





Le coquelicot chanté par Mouloudji

La cage aux oiseaux de Perret

Les Marquises de Jacques Brel

Et la môme Néant de Monsieur Jean





Le piano du pauvre de Ferré

Le petit Liré de Du Bellay

L’autobus S à une heure d’affluence

de Raymond la Science

La môme Néant de Jean Tardieu

qui en fin de « conte » A’xiste pas





Le petit cheval dans le mauvais temps de Paul Fort

Les amours jaunes de Tristan Corbière

Les cœurs purs de Jean-Roger Caussimon

Et de Tardieu la môme Néant





Les ardoises du toit de Reverdy

Le cageot de Francis Ponge

Le gorille de Tonton Georges

Poursuivant le vieille décrépite

le juge en bois brut

Et la môme Néant





Le transsibérien de Blaise Cendrars

Le pont Mirabeau de Guillaume Apollina ire

L’écume des jours de Boris Vian

Et de Tardieu la môme Néant





Papiers collés de Georges Perros

Temps retrouvé de Marcel Proust

Le blason : LA MORT N’Y MORD

de Clément Marot

Et la môme Néant





Les Bouffes du Nord de Peter Brook

Le Livre de sable de Borges

Le nocturne indien d’Antonio Tabucchi

Et de Jean Tardieu la môme Néant





L’arc et la lyre d’Octavio Paz

Le livre de l’intranquillité de Pessoa

La vie mode d’emploi de Georges Perec

La môme Néant de monsieur Jean





Les villes invisibles de Calvino

La plaisanterie de Milan Kundera

La vie dans les plis d’Henri Michaux

La môme Néant de Jean Tardieu





À quoi qu’a pense

À pense à rien

A’xiste pas


	

J’AI LA RÉPONSE QU’ELLE EST LA QUESTION





J’ai la réponse qu’elle est la question

Les imbéciles heureux dansent ainsi

sur les plateaux de télévision

C’est la danse macabre des avis non partagés

par les spécialistes du tout et du rien





Mais qu’est-ce que tu racontes

me chante l’ami Tardieu

Monsieur Jean qui mouline

sa complainte de la Môme Néant :

« qu’a dit rin, qu’a fait rin, qu’a pense à rin »

puisque « A’xiste pas ».





Entre temps mon crayon cassé

ma table du dimanche renversée

J’ai fait quelques traces

de cet art éphémère des sables mouvants

alors que le soleil couchant

brûlait ses dernières flammes

hypnographies : art éphémère des sables mouvants
parler en se taisant dire en dessinant des choses muettes