LES LIVRES C’EST POUR VIVRE NON POUR S’Y ENFERMER

Jaime tant les livres que my enfermer serait creuser mon tombeau

Les livres cest pour vivre, pour saérer, souffler sur des braises avant quelles ne deviennent cendres

Jaime tant les livres aux mains des fileuses et des filous qui me mettent en charpie si trop je les loue

Les livres cest pour prendre congé des charognes et des charniers, cest la bourse ou la vie, la chandelle ou la bougie, le coucher de bonne heure ou autour de minuit

Jaime tant les livres que voir leur auteur passer à la télé me dissuade de les acheter, le pot de chambre ou le vase de nuit ?

Les livres cest pour exister à lécart des prix littéraires, cest pour caresser le papier dArches et boire lencre dimprimerie

Jaime tant les livres que my enfermer serait métouffer, masphyxier, me faire mourir à petit feu

Les livres cest pour libérer la part en nous qui nous arrache au temps

https://www.leseditionsdunet.com/livre/un-dictionnaire-part-moi

En cliquant ci-dessus vous verrez apparaître mon dernier livre qui vient d’être publié, comme s’il s’agissait d’un PALIMPSESTE :

Mes textes nouveaux, repris chaque jour, s’écrivent sur mes textes anciens, faisant ce palimpseste illisible pour les impatients , duquel j’extrais, de temps en temps, une écriture qui semble présenter quelque intérêt pour ceux et celles qui aiment partager leur pain quotidien. Une écriture toute faite de lectures d’auteurs multiples et non autoritaires.

LA JOIE QUI SIED AUX ÉPHÉMÈRES

Écrire sans raison, c’est ma raison d’écrire. On l’entend sans la voir ma bouteille à la mer. Source des nuits qui la remplit d’une eau discrète. On la voit sans l’entendre en ses formes distinctes : fiasque, fiole, fillette. Écrire sans raison mais non sans résonner sa douleur,1 ou faire résonner son cœur, quand courent sur les lèvres, le désir de chanter l’air, l’eau, le feu, la terre. Libertad bajo palabra 2, liberté sur paroles qui cherchent à travers mon écriture, le Je-ne-sais quoi et le Presque-rien, entre le rayonnement du sens et le contrecoup des signes ! Puiser ainsi dans Jankélévitch donne le tournis, tant le philosophe de « la manière et de l’occasion » manie le jargon. Mais en même temps, le philosophe du Quai aux Fleurs (où il résidait), libère une énergie qui défie l’expression d’un temps pur, « qui est le mode d’être du faire-être » (sic). Tout est, en effet, dans « la manière et l’occasion » : Matisse paralysé utilisant ses ciseaux pour faire danser sa « femme en bleu », ses fleurs-oiseaux ; Rimbaud « notant l’inexprimable ». Un rapace trace le ciel blanc comme un livre Je l’écris et glisse la feuille dans ma poche Elle est trouée comme il se doit Elle est Bohème et Joie distanciée qui sied aux Éphémères.    

1 Alphonse de Lamartine Octavio Paz

https://www.leseditionsdunet.com/livre/un-dictionnaire-part-moi

LA NAISSANCE AVENTUREUSE D’ALICE LIBERTÉ CHÉRIE

Le tout le rien parler se taire passer ou sarrêter sur un nom une personne une voix un souffle Souffler nest pas jouer Jouer aux jeux dAlice au jardin des Temps suspendus 1 Au pays des mots et merveilles où toute forme nouvelle fait sens Alice Alizée Alices adventures in Wonderland Alice Lidellen barque sur lIsis sur liris de lœil de ce lapin à redingote qui court après son retard retard retard Regarde comme le tout le rien ont ouvert cet espace comme on ouvre sa peau où tambourinent mille échos de livres avec de petits signes sur chaque page Mr et Mme Page ont le plaisir de vous annoncer la naissance dAlice Alizée Alizea Alisson Richards mais le faire-part hélas ne dit ni où ni quand une souris verte qui courait dans labécédaire laura rongé Ronger nest pas ranger ses outils de jardin ses houes ses binettes ses fourches et fourchettes achetées à Leroy Merlin Merlin Merlin Tiens tiens ce sacré malicieux magicien Myrddin Merzhin Connaissez-vous le nom de son scribe ? Celui qui dit à sa mère de « ne jamais se mettre en colère et de garder une bougie allumée en permanence dans sa chambre » quand on écrit des touts et des riens et des longtemps je me suis couché de bonne heure pour bourlinguer parmi des rêves de voyages insensés les seuls qui donnent sens à « lirrépressible bouillonnement intérieur » (ce doit être une citation)Le scribe de Merlin vous laurez deviné sappelait Blaise mais ce que vous ne pouviez imaginer cest que ce soit lui qui fit naître Alice sur un ferry de lEast River un jour béni de Pâques à New York 2 cent mille violoncelles annoncèrent la naissance de Mademoiselle Alice Liberté Chérie

1 Jacqueline Saint-Jean Les mots dAlice 2 Blaise Cendrars Les Pâques à New York

Martigues 20 juillet 2022 une nuit où cependant que j’écrivais ce « tout ou rien » j’entendis le  petit cri sorti d’un rêve de ma petite fille Alice Richards Dorio

https://www.leseditionsdunet.com/livre/un-dictionnaire-part-moi

l

J’ÉCRIS opus 18





J’écris aussi quand je ne comprends pas ce que je lis

J’écris quand je ressors de la page fanny

J’écris parce que je ne veux pas que ce soit le dit





J’écris alors à ma manière ce que je lis

J’écris parce qu’il n’est pas question que j’abandonne la partie

J’écris homme sans qualité mais motivé motivé





J’écris en m’endormant sur la page X

J’écris en reprenant à la page Y





J’écris comme l’ami Michel à sauts et à gambades

J’écris en m’enfonçant dans la forêt de Dante avec les paroles hallucinées du roi Lear

J’écris afin d’épuiser le sens des mots un à un





J’écris en faisant de mes phrases lues des guirlandes de papier

(Je ne vais pas jusqu’à les accrocher de clochers en clochers)





J’écris possédant pour cette lecture incomprise d’un temps illimité

J’écris sans rechigner à me perdre dans les étymologies

J’écris avec la folle du logis





J’écris en transformant parfois la forme du texte en calligramme

J’écris sur un cahier secret où peu à peu un sens apparaît

J’écris en oubliant ce texte inoubliable





J’écris en m’endormant puis en rêvant de la vague d’Hokusai

J’écris comme lavé de mon déchiffrement d’âne bâté

J’écris devant ce texte dont je tire un à un les fils pour m’en vêtir

J’écris en en faisant de la dentelle





 J’écris en mastiquant mon texte pour mieux le ruminer         

J’écris vachement surpris de commencer à piger

J’écris en ayant ôté la poussière à mes grains de papier





J’écris mon texte sur le mur blanc qui fait le tour de ma chambre

J’écris en disant à haute voix que oui décidément cette Servitude volontaire comme une roue qui a failli m’écraser ne me fait plus peur désormais

J’écris Liberté

J’ÉCRIS opus 16





J’écris en catimini

J’écris à Cathy Taquité

J’écris pour lui expliquer

Que ma tactique était toc

J’écris de tics et de TOCS





J’écris en aparté

J’écris À l’Écart

dans la maison de Michel Butor

J’écris a parte

J’écris sur un papier bon public

J’écris en regardant Arte





J’écris en me souvenant des petits bonhommes de Folon

Qui ouvraient et clôturaient les programmes d’Antenne 2

J’écris comme ces drôles d’oiseaux

Portant chapeau sur la tête

J’écris d’abord dans ma tête

J’écris comme on parle au papier





J’écris de ma main gauche

(la plus gauche des deux)

J’écris Sauve qui peut

J’écris mais je ne m’enfuis pas

J’écris que je mourrai à Paris au cours d’une averse

Un jour dont déjà je me souviens





J’écris I Remember

J’écris de remembrances en remembrances

J’écris en brassant des souvenirs plus ou moins inventés

J’écris faux Narcisse et vrai…

(le mot me manque)





J’écris en état de frayage

J’écris en cherchant le chemin qui n’existe qu’en le frayant

J’écris sans routine ni brouillon

J’écris dans les parages

J’écris l’enrage (de l’écriture)

L’an rage (le mois de Mai de 68)





J’écris sur une table qui avant d’avoir été installée dans le salon

a voyagé dans un wagon parti de la Forêt Noire





J’écris sur de petits carreaux d’écolier

J’écris sur une seule face

J’écris pile poil après minuit

(sauf si je m’endors pour un premier somme autour de minuit)





J’écris en imitant mon écriture au tableau

Quand je l’enseignais au CP

J’écris à grands coups d’épées

Sur mon carnet de citations

J’écris sans mon Mont Blanc

Que m’avait offert Nadège

Et que j’ai perdu connement dans la neige





J’écris -vous l’aurez reconnu- en écoutant Nougaro (le mont blanc)

et Thelonius Monk  (Round Midnight)

J’écris en lisant Cesar Vallejo

(Me moriré a Paris con aguacero)

J’écris avec Boby Lapointe (Ta Cathy t’a quitté)

J’écris avec Montaigne (comme il parlait au papier)

J’écris vivant heureux en attendant la mort

(selon le dérisoire projet de Desproges)





J’écris vie critique,

tissée d’expériences multiples

J’écris Liberté