LES PRÉSENTS D’UN POÈME





Je n’écris plus que la nuit

La tête sur l’oreiller

Ma plume oublie qui je suis





Je n’écris plus que feuillets

Ivres de rimes à larmes

Ils sont sans finalité





Ce sont présents d’un poème

D’ellipses et de reprises

À l’écart et sans limites





Je n’écris plus qu’animé

Par cet instant où je mêle

Temps perdu et retrouvé





Où tout est vrai parce qu’inventé





21/10/2020

italiques : selon Charles d’Orléans et Marcel Proust.


	

ÉNERGUMÈNES

ce "post" est dédié
à André Bellatorre
Maria-Dolores Cano
Dominique Ebrard
Guy Toubon
André Ughetto
Esprits bienveillants

texte en marge orné d’hypnographies




ÉNERGUMÈNES





Énergumènes

Croqués

À la plume

d’oie

Dans la marge

des esquisses

exquises

affinités

ébauches

allusions

énigmes

ellipses

Et quoi

encor ?

sur mon cahier d’écolier

ÉCRIRELIRE
 
J’écris le plus souvent en lisant
La table rase ? merci pour moi
En lisant des livres s’entend
De toutes formes et de toutes couleurs
de tout propos qui parlent déparlent
Me sortent des yeux et des mains
Où à l’inverse me pénètrent l’âme
Ce mot honni des grands Esprits
 
Mais ce matin après avoir écrit « Énergumènes »
Dans la marge d’une page de mes hypnographies
En feuilletant un abécédaire inspiré
J’ai fait cet ajout les yeux uniquement fixés
Sur la page quadrillée de ce cahier d’écolier
De la marque « Héraklès » 180 pages
Commencées –qui me croira ?- en septembre 1970
À La Bastide de Besplas (Ariège) après mon retour
de Coopération 1968-70 de Caracas (Venezuela)
La photo ci-jointe de la couverture
Atteste que le dieu maudit par l’épouse de Zeus
Dont pourtant il porte le nom Héra-klês (Gloire d’Héra)
A été croqué par le sculpteur Bourdelle
Le cahier contient 180 pages Les 23 lignes que je viens de
lui consacrer ne l’ont pas encore épuisé
 
(05/06/2020  07h15)


 
 
 
 
 
 
 
 
 
e la nave va !