QUAND LES MOTS DÉBORDENT

MOTS

Les mots débordent 
Je les retiens
Les mots du bord 
Qui crient détresse
Je les contiens 
Les hache-menu 
Trois feuillets par nuit 
Trois poignées de sable

Pour ce dictionnaire à part moi
Où l’imaginaire 
Sans fuir dans les mots faciles 
S’efforce de tenir tête au réel 


https://www.leseditionsdunet.com/livre/un-dictionnaire-part-moi

FEUILLETS ÉCRITS SOUS LA FEUILLÉE





J’ai tant aimé les Arts
Que je suis artilleur

Apollinaire


Je découvre cette nuit (16 janvier 2022) les photos reproduisant les 16 feuillets manuscrits (14x9 cm), sortis de la plume de l’artiste artilleur Apollinaire, assis dans la tranchée entre deux salves de tirs. J’écris accroupi, sur mon genou…sur le sol rempli de vermine.

Du coton dans les oreilles, tel est le titre parodique imaginé 1, souligné de deux traits qui simulent des vagues. 
De même que le nom de Guillaume Apollinaire qui continua à remplir comme un forcené ses petites feuilles de vers rimés avec aussi quelques calligrammes, ce mot-valise qu’il inventa au temps où la mandoline ignorait le bruit du canon

1 Ne mettez plus de coton dans vos oreilles Ça ne vaut plus la peine
 

Quelle merde ! C’est le cas de le dire
Sortie des longs boyaux où tu chemines
Dans ta tranchée en première ligne
Allô la truie Allô latrines
Que l’on appelle ici des « feuillées »1

Je lis et relis sans cesse tes seize feuillets
Que tu écrivis à la plume
Je les dévore assis dans mon plume
Cent trois ans après

Après la balle qui froisse le silence
de ta cagnat 
Que tu as baptisé
Par je ne sais quelle percussion mentale
LES CÉNOBITES TRANQUILLES

Toi sentinelle au long regard
Fondue dans l’œil des Chartreux
Quand Dieu le grand Toto
Les démange


1 Ne prenez pas les feuillées pour autre chose qu’elles ne sont, comme faisaient pas mal d’auteurs avant la guerre.



FEUILLETS D’ÉTINCELLES

Moi qui trouais le ciel rougeoyant comme un mur
Qui porte, confiture exquise aux bons poètes
Des lichens de soleil et des morves d’azur

Arthur Rimbaud (Le bateau ivre)
 

Malice des mots de l’agora
Comme le chat angora qui pelote
La mandarine d’un mandarin
Le double sens du mot hôte

Ôte-toi de mon chemin
Marin d’eau douce halluciné
Qui sans haleur laisse les traces
D’une confiture exquise aux poètes
Qui ont perdu aujourd’hui leur aura

Il est temps que le combat cesse
Des mots de gueule et de galère
Hypnos diffuse sur l’agora
Ses feuillets d’étincelles toujours inachevées

LES PRÉSENTS D’UN POÈME





Je n’écris plus que la nuit

La tête sur l’oreiller

Ma plume oublie qui je suis





Je n’écris plus que feuillets

Ivres de rimes à larmes

Ils sont sans finalité





Ce sont présents d’un poème

D’ellipses et de reprises

À l’écart et sans limites





Je n’écris plus qu’animé

Par cet instant où je mêle

Temps perdu et retrouvé





Où tout est vrai parce qu’inventé





21/10/2020

italiques : selon Charles d’Orléans et Marcel Proust.