TROIS POÈMES POUR PERSÉVÉRER





3 poèmes écrits cette nuit (29 octobre2020)

après l’annonce du confinement général,

en temps de détresse.





Pandémie : la passé bat avec plus de force que jamais.





« il suffit que viennent à manquer les étais ou les soutiens concrets et relationnels de notre autonomie

pour que l’on se rende compte que cette vulnérabilité fondamentale, perdure la vie durant. »

Marie Garrau





1

La folle de Chaillot je ne sais plus qui c’est

Tayaut tayaut tayaut

Le roi de la pampa ça je connais bien mieux

Queneau Queneau Queneau

Fabliaux sur les parvis Poèmes in-folio

Mon dictionnaire de rimes ne connaît pas Dorio

Yoyo yoyo yoyo





2

Est-ce bien moi qui fait le zouave ?

Ou Reverdy dans la détresse ?

J’entends dans son gueuloir Gustave

Verlaine compose Sagesse

Est-ce le bon vieux temps douceâtre ?

Ou Breton au père Lachaise ?

Je cherche l’or du temps

A t-il fait inscrire sur sa pierre





Oui c’est bien moi qui fit ces tresses





3

Les pages de mes livres

Ont une vie difficile

Il y tombe des larmes

Aussi bien que des rires

Les pages de mes livres

Blanchissent dans la nuit

Putains se refont une virginité

J’aimerais que Villon les lise

Clément Marot et Jean Tardieu

Ce sont poètes qui m’inspirent

Les pages de mes livres m’obligent

à persévérer





Martigues nuit du 29 octobre 2020

LES PRÉSENTS D’UN POÈME





Je n’écris plus que la nuit

La tête sur l’oreiller

Ma plume oublie qui je suis





Je n’écris plus que feuillets

Ivres de rimes à larmes

Ils sont sans finalité





Ce sont présents d’un poème

D’ellipses et de reprises

À l’écart et sans limites





Je n’écris plus qu’animé

Par cet instant où je mêle

Temps perdu et retrouvé





Où tout est vrai parce qu’inventé





21/10/2020

italiques : selon Charles d’Orléans et Marcel Proust.