LIRE AU LIT

lire au lit l’ironie pont aux ânes des grands enfants aux cheveux blancs
lire au lit les yeux fermés ce je ne sais quoi et ce presque rien 1
lire au lit de la fiction de la friction de l’affliction des pauvres Jésus pleins de givre sous leurs haillons 2
lire au lit lirola tirouit de l’alouette et vrilles du rossignol amoureux
lire au lit cette ligne paradoxale que quelqu’un écrivit avant toi
lire au lit un passage à haute voix pour celle qui à tes côtés lit aussi
lire au lit des aveux des avis des avertissements des points sur les i
lire au lit des poètes baroques – ils le sont tous non ? – les perles ignorées
lire au lit en levant la tête seul sans paroles sans bouger au ralenti
lire au lit un barbare en Asie 3 orné des encres de Zao Wou-Ki
lire au lit des histoires rongées par le remords l’écoulement du temps sur le papier
lire au lit de la philosophie l’inquiétude vitale la quiétude des sages 
lire au lit ses carnets d’une vie somme toute inachevée
lire au lit à sa moitié son dernier livre de chevet
lire au lit de una vez le palimpseste intraduisible de cette polyphonie     

1 Jankélévitch 2 Rimbaud 3 Michaux 

lire au lit 23/09/2021

l

UNE LITANIE ÉCRITE AU LIT (reprise du poème 5)





reprise du poème 5
Il faut écrire
pour ne pas être lu
C’est le paradoxe

Il faut lire
Le cru et le cuit
à toutes les équinoxes

Il faut compter
Nos pas perdus
Dans nos petits châteaux de Bohème

Il faut regarder
la Grande Ourse
en lisant ce poème

Il faut écrire
Comme un Prévert
Qui se la coule douce

Il faut lire
Comme une bête
Ange ou pource*

Il faut poursuivre
Cette litanie
Adressée à un lecteur innocent
Que l’on course


*Rimbaud (un hapax)

LIRE CE N’EST PAS RIEN





Lire ce n’est pas rien

Relever, en douce, ce que d’autres ont écrit,

mots, phrases ou vers,

qui soudain résonnent étrangement

et fortement en nous :





témoin ce mammifère égaré

dans la prairie des syllogismes

et le pâturage des contradictions





témoin ce corps de songes provoqués par

un air très vieux languissant et funèbre





Lectures pour moi seul

Confrontation avec cette manière

Dont la poésie s’accomplit

Sous la forme d’un poème

Une musique qui me possède

et m’entraîne cette nuit

(et cette nuit seule)

dans un château des siècles passés

où une dame, blonde aux yeux noirs,

sublime, apparaît





Car elle m’apparaît

au-delà de la page

cette femme que j’ai fréquentée

dans une autre existence

et dont je me souviens





avec par ordre de citations R Queneau P. Verlaine et G. de Nerval


	

LIRE « legere » recueillir, choisir, butiner, faire coexister ses bibliothèques en expansion





La chair est triste hélas et j’ai lu tous les livres

Stéphane Mallarmé Brise marine





Aucun homme n’aura le temps de lire ce livre durant sa vie

puisque ça fait environ cent millions d’années de lecture

pour un homme qui lirait huit heures par jour

Raymond Queneau Cent mille milliards de poèmes





Lire OULIPO Lire où ? depuis li pot Lire dans ces lieux que l’on nommait du temps du jeune Arthur des latrines : il pensait là tranquille et livrant ses narines (« Les poètes de sept ans ») Lire sur le lutrin d’Ikea le dernier livre commandé à Amazon (Horreur Non Ça Jamais !) Lire au lit comme le fait celui qui écrit ceci un peu désappointé Lire au nid douillet Brise marine de Stéphane Mallarmé Lire Colloque sentimental, dans le vieux parc solitaire et glacé Lire avec le spectre de Verlaine conversant toutes les nuits avec on ne sait qui Lire avec son institutrice préférée cette maitresse mère qui nous apprit l’abécédaire Lire sur les lèvres de son papa l’occitan exempt de tout livre Lire cette ballade irlandaise d’un trouba toubadou troubadour né à Toulouse (ô moun païs ô toulouseu ôtoulou ô toulouseu !) Lire assis sur un banc de Washington Square Washington Square d’Henry James inspiré (dit-on) d’Eugénie Grandet d’Honoré de Balzac Lire sur l’annuaire téléphonique des origines l’indicatif BALzac 001 Lire les mots égarés sur ses vieux cahiers d’écolier éternel Lire Tant de paroles échappées des ateliers de la douleur Lire du même Jean Tardieu cette voix sans personne qui écrit jour après nuit son pensum Lire heureux comme un pinson les lettres buissonnières adressées à Mimi Pinson Lire à sa fille Barbara il pleut sans cesse sur Brest Lire un livre ancien sous le bras le plus beau des poèmes en langue française écrit par ce monsieur de Kostrowitzky plus connu sous le nom de Guillaume Apollinaire Lire Marie celle du poème et celle (la vraie) que presque tout le monde a oublié Lire et regarder (car Marie Laurencin aussi peignait) son portrait de groupe (huile sur toile de 130×194 cm) où l’on peut voir « Apollinaire et ses ami.es » (en écriture inclusive) : Gertrude Stein, Fernande Olivier Apollinaire, Marguerite Gillot, Maurice Cremnitz, Picasso et  mademoiselle Laurencin elle-même : Quand donc reviendrez-vous Marie Lire avec délice l’affaire du 21 décembre une histoire d’amour cocasse et merveilleuse écrite par Géo Norge dans un recueil intitulé le vin profond (mon ami Daniel G. me l’envoya par la poste alors que j’habitais l’ « edificio Olimpo » à Caracas) Lire encore à sa vieille carcasse Roland Dubillard pour rire et Ronsard pour pleurer Lire sans masque et sans geste barrière en les mangeant et ruminant ses pages déchirées dans la plus grande bibliothèque de la chrétienté du siècle XIV Lire il nome della rosa en 7 chapitres qui voient se succéder 7 morts dont l’ordonnancement symbolique égare puis permet à l’enquêteur franciscain Guillaume de Baskerville de découvrir « le pot aux roses » Lire encore et toujours Mignonne allons voir si la rose Lire Demain dès l’aube hommage du père Hugo à sa fille Léopoldine cruellement noyée Et enfin s’en aller en titubant un petit peu et pour clore cette suite sans fin à l’enterrement d’une feuille morte qui comme chaque poète le sait au printemps est toute ressuscitée