NOIR BABEL

10
Noir c’est la Babel des morts de leurs mots à mains levées sur les textes troués par les doutes des vivants Noir c’est frapper des mains et des doigts sur la peau du monde qui souffre et souffle Noir c’est l’oubli du chemin qui remonte vers le futur Noir c’est retrouver l’allée de ronces et de fleurs roses qui menait au château d’Ivanhoé 
11
Noir c’est sans avant ni après c’est le vin nouveau et le vent sur le pré où se règlent les controverses Noir c’est la dispute universelle en 66 volumes traitant du bruit et du silence Noir c’est interpoler les souvenirs par les oublis Noir c’est dire à propos de tout texte qui s’écrit mais pourquoi a-t-il avancé cette proposition ? Noir c’est balancer entre le noir et le blanc le jour et le sourd la nuit et la fuite du temps
12
Noir c’est la partition de l’art de la joie la transmission du désir de se mesurer aux textes incompréhensibles Noir c’est l’assemblée qui écoute en dansant la Folia  d’un gambiste inspiré Noir c’est l’abrutissement généralisé par les musiques et les images d’ambiance Noir c’est le feutre fin qui me permet de terminer ce texte inachevé

JJ DORIO Martigues 09/12/12/2021

JE CHERCHE L’OR DES NUITS

7
Noir c’est la sorcière en sabot qui s’en va au sabbat Noir c’est la carriole des trépassés chantant le Requiem de Fauré Noir c’est la forêt la sylve noire des nuits rhénanes où l’on agite un vin trembleur Noir c’est l’or des nuits que l’on troque contre un sonnet d’Apollinaire
8
Noir c’est un mystère annoncé par les crieurs au tambour sur le parvis des cathédrales Noir c’est un brandon sorti du bûcher du Baal Noir c’est le bal des veuves de 14 18 Noir c’est l’anar qui écrit Mourir pour des idées Noir c’est le velours du chanteur engagé Noir c’est le poème d’un récitatif pompeux
9
Noir c’est l’ivrogne qui cuve son vin gris Noir c’est Bachelard faisant un livre de rêveries Noir c’est l’heure mélancolique où la nuit échappe à la nuit Noir c’est l’avertissement de la Nouvelle Héloïse : Toute jeune fille qui lira ce livre est perdue Noir c’est la dolce vita dans la fontaine de Trévi

NOIR C’EST L’ART DES LASCARS

4
Noir c’est l’art de Lascaux et de la secte des Lascars Noir c’est le car qui emporte les esprits des morts aux enfers Noir c’est l’encre du sang noir qui coule du cou du cochon gascon de Bigorre Noir c’est bigre et bougrement noir
5
Noir ce sont les fileuses coiffées de mouchoirs rouges qui se relaient au chevet des futurs morts Noir c’est le merle au bec jaune des amours du pauvre Tristan Noir c’est triste comme un enterrement Noir c’est l’amour impossible de Julie pour Saint Preux Noir ce sont les freux qui tournent autour de l’enfant Jésus placé chez un teinturier krah kah krèh crénom de Dieu pourquoi m’a-tu abandonné ?
6
Noir c’est le soldant (sic) montant vers les tranchées qu’un artiste modeste c’est amusé à pourtraire avant la grande saignée Noir c’est une jeune fille rose qui s’attife pour rire d’une robe en taffetas de soie nouère Noir c’est mon parapluie de berger que j’ouvre les jours de fouère Noir c’est la vieille fée qui veille sur Mireille qui avait comme surnom Petit Verglas (Paul Fort l’atteste)

NOIR C’EST NOIR

noir c’est noir
1
Noir c’est noir c’est la couleur que s’interdisait Renoir Noir c’est charbon obtenu par carbonisation de serments de vigne ou de noyaux de pèche par calcination d’os d’ivoire ou de bois de cerf Noir c’est blues negro spiritual west the saints go marching in Noir c’est ce travail en cours accompli sur un carnet où j’aligne des caractères noirs de haut en bas et vice-versa

2
Noir c’est blanc assis sur le banc où j’enchaîne les quatre accords des yeux noirs Dm A7 Bb Gm Noir c’est Django Reinhardt ses grilles manouches pas touche aux tziganes Noir c’est la gamme Nerval soleil noir porté par le luth constellé Noir c’est Poe le corbeau la corneille du never more Noir c’est plus jamais broyer du noir sur ma page écrite noir sur blanc
3
Noir c’est noir c’est noir c’est noir c’est noir c’est l’exécution de Maximilien par les Mexicains signé Manet Edouard Noir c’est Frida la blonde quand elle devient Kahlo Noir c’est Callot et ses pendus aux arbres comme des alouettes que l’on faisait naguère faisander Noir c’est le diable dans la palette des peintres de l’ultra noir 

J’ÉCRIS opus 3

L'homme écrit sur du sable
Moi ça me convient bien ainsi
L'effacement ne me contrarie pas
À  marée montante je recommence

Jean Dubuffet

J'écris noir sur blanc avec beaucoup de blancs
dont j'ai besoin pour écrire un poème

J'écris sans hésiter mais si lentement
que quand je me décide j'ai éliminé
ce qui m'était venu à l'esprit d'emblée

J'écris dans la nuit blanche des poèmes
antérieurs à toute écriture
comme un chant itinérant

J'écris d'un lieu à l'autre
allongé dans le hamac le lit
marchant dans les Andes péruviennes

J'écris devant le lac Titicaca
et sur la pierre du soleil de Machu Picchu

J'écris avec le pinceau de Mi Fu
c'est le va et vient du souffle
qui fait que trait est gros ici
et maigre là

J'écris maigrelet des formes et des lignes esquissées
esquisitas (délicieuses)

J'écris en noir de Chine' des phrases sans mots
Dessinant sans que je m'en mêle mes hypnographies



hypnographies Jean Jacques Dorio