J’AI ÉCRIT BIEN DES POÈMES ÉTERNELS





J’ai écrit bien des poèmes éternels

Qui occupent astheure mes pages vides

Je les feuillette mélancoliquement

J’imagine comment la page blanche

Naguère les fit chanter





Une ruse que m’apprit une chamane de Goajira

Que je vis dialoguant avec un arbre tóluichi

Comme s’il s’agissait d’une personne :

-Ça parle dans ma tête, me disait-elle.

Toi qui sais écrire tu le fais sur ton papier,

Mais c’est comme un acte manqué, non ?





-Mais non, tu sais, le papier comme un esprit

de ton Monde Autre,

parfois me répond…





C’est ce que naïvement je disais à Setuuma Püshaina

Avant que ne s’effacent les pages

De mes poèmes éternels





évocations :

une chamane de Goajira : Venezuela (1970)

l’arbre « tóluichi » : voir « pithecellobium »





06/02/2021

SALUT L’ARTISTE !

« Marine le matin » Guy Toubon monotype acrylique (11,5×14 cm)




À Guy Toubon





Je lis, au dos d’un carton, « monotype » original, dont m’a fait don mon ami T, « Salut l’artiste ! » (sic),

mais je ne sais pas, à vrai dire, à quelle part du « moi », ce « salut » est adressé.

« Al otro, a Borges », me souffle malicieusement le maître incontesté (formule un peu creuse, non ?), du dédoublement.

Je me hasarde alors, imitant l’auteur de Ficciones, d’écrire que de cet autre (Dorio, en l’occurrence), j’ai des nouvelles par courrier postal (rarement, mais toujours tout de même) et par courrier électronique, « le courriel » de nos amis québécois, quotidiennement.

« Salut l’Artiste », c’est tout un poème, un jeu avec le « je », qui persévère, dans une fugue, en contrepoint, d’un « moi » massif et quelque peu ridicule, passé à la moulinette de métaphores qui ne sont dans aucun dictionnaire.

Je ne sais pas, pour terminer par une note borgésienne, lequel des deux, de « moi-même » ou de l’Artiste, a écrit ce feuillet d’un hiver où les vrais « artistes », pour cause de maladie contagieuse, n’ont plus voix au chapitre.





16/01/2021

TRAIN TRAIN DE NUIT

manuscrit tout chaud ma poétique est-ce du toc ?




TRAIN-TRAIN DE NUIT





toctoc toctoc

est-ce du toc ?

ou bien le rythme

d’un train de nuit





je tiens la rime

que brise le soc

d’une charrue

qui va et vient

sur cette page





plage de nuit

pour conjurer

mes insomnies





tictic trip tique

et se dérobe





ma poétique

comme dit l’Autre

ce n’est pas « Je »





est-ce du jeu ?





29/09/2020

4h24

JE SUIS COMME JE SUIS UN AUTRE MON SEMBLABLE





Je suis comme je suis Juliette chantant Prévert

Je suis comme je suis ce maître chinois rêvant d’un papillon

Je suis comme je suis le scribe intégrant toutes les langues de Babel

Je suis comme je suis le singe grammairien sautant sur les sonnets du Rien

Je suis comme je suis l’adolescence Clémentine

Je suis comme je suis le propre et le figuré

Je suis comme je suis la voix de Schéhérazade

Je suis comme je suis le papillon qui rêve de Tchouang Tseu

Je suis comme je suis l’artiste dramatique assis sur son petit banc de tortue morocoy

qui dicte ses derniers mots à la mer de tous les récits





9 juin 2020 01h06

POUR LE PLAISIR DE L’INÉDIT





Ici il n’y a que poèmes inédits

Chaque jour est ballade

Comme un poisson d’avril





Ici gentillesse et noblesse

grattent le palimpseste :

aise, soulas, druz, lyesse,

loin des vieulx corbeaus aigris.





Ici où présents sont

ces mots accordés

sans me vanter





Il faudrait souvent réécrire ses inédits

Faisant silence comme chemins

Que l’on ne trouve qu’ inattendus





Mais l’autre voix* elle est ainsi

Qui s’ajoute et nous ajoute…





Et à chacun de rectifier !









*la voz otra : à certains moments, longs ou brefs, répétés ou isolés,

tous les poètes qui le sont vraiment entendent l’autre voix.

Elle est étrangère et c’est la leur, elle est à tous et à personne.

Octavio Paz (La otra voz ) 1990