AIMEZ-VOUS LES DILEMMES ?

Le droit de vote obligatoire : pour ou contre ?
Le poisson frit ou en papillote ?
L’esprit de sérieux ou la facétie ?

Mirlababi Surlababo
Joueur de flûte
Du père Hugo

Le misanthrope ou l’amour des tropes ?
In præsentia ou in absentia
Plume présente ou plume en absence ?
Poète de la Pléiade ou poète dépourvu ?
L’alexandrin d’un vers françois
Ou Alexandra de Claude François ?

Le jeu des pieds tanqués ou le jeu de quille ?
La Zen attitude ou la réglisse Zan ?
Le pendu le bateleur ou l’arcane sans nom ?
Tarot de Marseille ou râteau du jardin des Merveilles ?

Cogito de Descartes ou desdichado de Nerval ?

Surlababi Mirlababo
L’aboli bibelot
Le Temps perdu et retrouvé
La complainte du mal aimé



une voix sans personne lit AIMEZ-VOUS LES DILEMMES ?

SONNET DU CRÉTINOS









Et il arrive que le sonnet nous fasse dire

Ce que nous ne pensons pas

André Ughetto 1





Personne ne t’a sonné

Dit le sonnet qui s’amuse

À faire bisquer René

Philosophe sans sa Muse





Ainsi l’art de moquer

renaît Je pense et j’en use

Car dire : bon, d’accord, ok,

C’est faire douter Janus.





Mon crétinos, * dit Maman

à Marcel, que de bêtises

sur le papier tu attises !





-Mais ne crains rien, c’est pour Hahn,

Reynaldo sur son piano

Chantera mon Cogito.





1 Trois pièces d’histoire de Provence

Éditions Tituli (2021)

*Conversation avec Maman Marcel Proust (Contre Sainte-Beuve)

SI JE DOUTE

Si je doute
Ce n’est pas de mon existence
Comme l’auteur du Cogito

Si je doute
C’est de mes croyances
Qu’il faut toujours frotter
Aux ombres et aux lumières
Du langage et des sens

Si je doute
Ce n’est pas de la méthode poétique
Ce long immense et raisonné dérèglement 1
De toutes nos certitudes

Si je doute

1 Arthur Rimbaud

DICTIONNAIRE ENRAGÉ





Dictionnaire enragé

De coccinelle à coi-coite

Sous le sacrum le coccyx

Coche cochenille cocher

Et la cochonnerie d’écriture

Qui faisait Artaud enrager

T’es rock coco chante toujours Ferré

Et puis les articles n’en font qu’à leur tête

Le Cogito tombe du cocotier

Code et codex sortent du cocon

De la décohérence

Et sous ma couette miaule le chat

De Schrödinger

Moitié vivant et moitié mort

On ne saura jamais





dictionnaire enragé

LE PLUS BEAU LIEU DU MONDE





Le plus beau lieu du monde

est là dans mon poème,

dans cette forme ronde,

manège de soi-même,

dont le cogito vagabonde

de ligne en ligne

de vers en vers,

dans ce que j’imagine

chez Nerval ou Prévert.





Je suis le desdichado,

Je suis comme je suis,

Je suis ce que je pense,

Ce nom qui me transcende,

Dans tous les lieux où je fus,

l’espace et le temps d’un poème,





Je suis cette personne autre,

Cet étrange étranger,

 Habitant cette langue « fraîchissante et rose »*,

Du plus beau lieu du monde.





*Marcel Proust

le plus beau lieu du monde est là dans mon poème