LE CIEL DE MA FENÊTRE





Le jour point

Sur la ligne de pin

avec des nuages d’ouate

qui se baladent là-bas

à l’horizon de mon texte





De grandes sautes de vent

et d’idées qui passent

et qui repassent





Livres des courants d’air

et des feuilles d’herbes





De ma lucarne

ce ne sont pas ardoises

du toit que j’entrevois

mais patience du cœur
et amis envolés


Et — peut-être est-ce

le ciel de ma fenêtre? —

ce qu’on appelle douceur.





le ciel de ma fenêtre

L’AUBE GRISE L’AUBE BLEUE













un poème écrit
à l’aube de ce jour
29 mai 2020
en vers trisyllabiques
dit par son auteur


L’aube grise
l’aube bleue
la méprise
Lao-Tseu

La douleur
retenue
la douceur
ingénue

Le travail
d’écriture
Hokusaï
la Nature

La souffrance
le remords
le silence
de nos morts

L’aube rouge
le vin noir
à Montrouge
chez Nadar

La pitié
la manière
psalmodier
Baudelaire

Le passage
d’un poème
dans la marge
où l’on aime
le langage
des promesses

(trisyllabes du mois de mai 2020)








mis en chanson
jj dorio

SILLONS TRISYLLABIQUES

année 2020

dite des devins

indication :

lire des yeux puis de la voix  ces textes écrits en trisyllabes

le lecteur idéal laisse le texte capter tout son présent          

n’oubliez pas les diérèses.

Janvier

PAROLES SANS ROMANCES TRACÉES À LA POINTE FINE

Il ne sert  à rien  d’expliquer  Dorio  dans le texte  Dorio  n’exist’pas  mais il trace  des sillons  en passant une araire  pointe fine  va et vient  de paroles  sans romances  Il ne sert  à rien  sur la page  des fragments qui se perdent  roue errante  d’une main  du tressage  sans dressage La sibylle  peut bien rire les idylles  et rondeaux  s’en aller  Je persiste  et je signe

Février

SOLITAIRES SOLIDAIRES DES RAISONS ET DES RIMES

Février  découpé  en vingt neuf  vers sans rimes  à jets d’encre  sur la page  puis clavier  pour l’écran Février  cette année  apporta corona  un virus  une grippe  pas d’Espagne  mais de Chine  Tchin tchin tchin Qu’opposer  à la mort  si ce n’est  la richesse  d’exister  avec et pour  nos semblables  solitaires  solidaires des raisons  et des rimes chuchotées

Mars

POÈMES DE COVID EN RÉA POÉTIQUE

Tout oublier phrases cul par-dessus gentillesse tout ouvrir à ton bic laissé seul sur la page Mon hôtesse tout futur enjambant passerelle au-dessus de l’abîme Tout connaître du regard des mourant.e.s à la douane du grand soir Tout écrire en réa poétique des poèmes de covid des patient.e.s aimables qui sourient avant de trépasser Tout ainsi qui passa

Avril

FANTAISIES D’INSOMNIES

Connerie c’est la guerre tragédie c’est Corneille Tu l’as dit c’est Bouffi comédie c’est Molière c’est parti mon kiki ouistitis c’est au zoo ou c’est pour la photo ‘piphanie dans le gâteau des rois hélianthes tournesols du Midi Tout ceci je l’écris dans mon lit d’insomnie que la vie est amère dit ma mère qui s’endort Bonne nuit

DOUCE DOULEUR





De la douceur





Peut-être est-ce dû

au milieu qui m’entoure :

le bois de pin en surplomb

d’un étang aux mille reflets

et ce mur antique

en grand apparat*

sur lequel je me suis adossé





Tout élément

Qui aussi bien

Aurait pu me faire écrire





De la douleur





*formule des archéologues

poème écrit sur l’oppidum de Saint Blaise

commune de Saint Mitre les Remparts

JE PRÉFÉRERAIS VOUS PARLER DU SOIR

On se donne en donnant.

Et si on se donne, c’est qu’on se doit, soi et son bien,

aux autres.

Marcel Mauss





Je préfèrerais vous parler du soir

Encore un qui vient

et qui devrait apaiser la violence des jours actuels :

le monde d’en bas où des bagarres éclatent

pour entrer dans les rames

le monde d’en haut

ça hurle et ça klaxonne

les gens deviennent des bêtes*









Je préférerais vous parler de la douceur du soir

de l’aube affaiblie chère à Verlaine

de l’émotion réitérée de ceux et celles qui prennent conscience

d’avoir gagné leur journée

et de pouvoir enfin profiter de l’apaisement

de l’amitié de la confidentialité

mezza voce





Je préférerais vous parler des correspondances secrètes

entre les textes et les musiques

les associations de pensée

l’énergie bienveillante d’un monde

qui semble en voie de disparition





*Le Monde 17/12/2019