LE TEMPS l’arcane majeur





Le temps pour le poème

est l’arcane majeur





Le temps refiguré

dans une métaphore





Le temps désaliéné

« les promesses de l’aube »

brisées mais non perdues

dans un dire têtu

ni le même ni l’autre





Le temps des nuits entières

qui sonne sans raison

mais non sans résonances

L’horizon de lectures

d’une intranquillité

qui nous tue et rassure





Le temps qui nous murmure

La mémoire et l’oubli

L’amour des fatrasies

Et la sérénité





manuscrit « tel quel » nuit du 26 novembre 2020
le temps arcane majeur

	

FIGURES ET ARCANES RETOURNÉES EN ENFANCE

tel quel
un premier jet
modifié sur le clavier
21 mai 2020
01.53
Je prélève une carte du château
de paroles et de sons
faisant jouer Hasard
que je charge de sens

C'est un don innocent
à l'écart de la petite troupe
des poètes en place
qui exhibent leurs fétiches
dans le décor funèbre
d'une anthologie fin de siècle

Ma carte de symboles et d'affects
apparaît pour les yeux parfumés
de ma belle disparue
à la fin d'un banquet
où chaque instant
 comme si c'était le dernier
fleurissait

Depuis qu'elle est partie
le jeu s'est inversé
mes figures et arcanes
retournent en enfance
imaginant des vers 
qui viennent se lover
sur son corps en absence