J’ÉCRIS TOUTES LES NUITS allegro ma non troppo





J’écris toutes les nuits allegro ma non troppo 
J’écris des écrits noirs de poésie barbouillés
d’accrocs de coups de raccrocs et d’hérésie

J’écris toutes les nuits sans plan sans idées
sans ratures sans projet d’écriture  J’écris
en parlant comme disait Montaigne au papier

J’écris toutes les nuits mais nul miracle n’en sort
Fût-il misérable comme disait Michaux Jeteur de Sort

J’écris toutes les nuits comme un rituel d’oubli
Tantôt sur une carte blanche tantôt sur une grise
Sur une carte sanguine une carte bleue comme une orange

J’écris toutes les nuits sans rage excessive sans souci d’être
ce « performeur » que la foule fanatique applaudit

J’écris avec Morphée bercé par Hypnos et Nyx 
Qui m’accompagnent dans mes paliers ascendants
et descendants de mes longues phrases de sommeil

J’écris toutes les nuits Zébré d’incertitudes
Mais prenant plaisir à ce monde déphasé
par les changements de lignes et de mots 
le croisement des gloses les essais résurgents



voix automatique sur fond de jazz

SANS REPENTIRS NI RATURES









Emploi du temps des nuits où nous veillons solitaires

Chacun et chacune ruminant devant les nouvelles du monde

Les collectes de phrases

Les phares noirs des calligraphes

Les encres et les couleurs sur toile

Les musiques et leurs partitions alimentant la matière de nos rêves





Emploi du temps à travers ce temps présent

Où le public culturel (dont on nous bassine les oreilles)

Est coupé de la voie des poètes

Ces « inconnus célèbres »qui vont et viennent

Essayant de déchiffrer les plaintes et les joies

Des voix des médias et des rues

Et qui n’oublient l’inflexion des voix qui se sont tues





Cherchant inlassablement dans le plus grand silence

Ce qui, impossible de dire en paroles,

Doit passer par l’écrit





Emploi du temps en attente

À l’écoute à l’écart

Où nous puisons notre énergie

Dans ce cocon de mots

Qui font nos manuscrits

Toujours inachevés





Ondulations arborescences

Brouillons épars

Sans repentirs ni ratures

Et tout le reste est littérature


	

LE TEMPS l’arcane majeur





Le temps pour le poème

est l’arcane majeur





Le temps refiguré

dans une métaphore





Le temps désaliéné

« les promesses de l’aube »

brisées mais non perdues

dans un dire têtu

ni le même ni l’autre





Le temps des nuits entières

qui sonne sans raison

mais non sans résonances

L’horizon de lectures

d’une intranquillité

qui nous tue et rassure





Le temps qui nous murmure

La mémoire et l’oubli

L’amour des fatrasies

Et la sérénité





manuscrit « tel quel » nuit du 26 novembre 2020
le temps arcane majeur

	

PASSONS AUX CHOSES SÉRIEUSES





Passons aux choses sérieuses

Quelques vers passe-partout

Battant des nuits la semelle

L’or du temps sans repentirs





Passons aux choses poèmes

Tant que marche la cervelle

Loin des hommes prédateurs

Qui déchirent et broient la vie





« Je » est universel

« Moi » moi le corbeau noir

Des peurs des guerres et des haines





Passons aux choses légères

Barques Voiles au soleil

De l’enfance au naufrage

La vie musique et poésie





Et par ici la sortie !

*

L’HUMEUR DES NUITS

L'humeur des nuits 
varie selon les heures

leurres du sommeil passager
ou éveils aux images insensées
qui nous traversent l'esprit

cette nuit
j'essaie de les écarter
l'une après l'autre

c'est ce que traduisent
maladroitement
ces coups de pinceaux
que je livre au papier





hypnographies
encre de chine sur papier de revue
jjd